Qui sommes-nous ?

Notre éthique

Construire un homme debout

La ligne conductrice de ce projet de réinsertion, depuis son origine, a été de permettre aux familles en très grandes difficultés, vivant dans la rue, de sortir de leur état de dépendance, dans la dignité.
Ce projet s’est toujours attaché à aider le groupe familial dans sa globalité, en rendant à chaque individu sa place naturelle : l’enfant est scolarisé et prépare son avenir, les parents retrouvent leur fonction de chef de famille, assurant la subsistance et l’éducation des enfants.

Tout est mis en œuvre, par l’ensemble des encadreurs sociaux, pour ne pas conforter une attitude d’assisté, mais construire une mentalité de responsabilité et de solidarité entre les familles.

Le docteur Philippe Gabbaï, neuropsychiatre à Nîmes, fait une analyse de ce processus, avec ses mots professionnels...

Réflexion du Dr Ph. Gabbaï

Le respect de l’environnement - le développement durable

Les terres qui ont été confiées à l’ASA ont beaucoup souffert de l’érosion, due à la déforestation et aux pratiques locales de brûler les herbages.
Les lavakas (ravines ou effondrement de terrain) sont très nombreux et toujours en évolution.

Un Lavaka

L’ASA s’attache à lutter contre la pratique des brûlis par une formation soutenue auprès des familles et le rappel de l’interdiction nationale de mettre le feu.

En parallèle elle mène nombre de campagne de reforestation avec les villageois, avec les enfants des écoles, avec même des voyageurs solidaires, de passage à Ampasipotsy.
Les plans de nombreuses variétés d’arbre sont mis à disposition des familles par la pépinière de l’ASA.

Les fumures des terres agricoles sont apportées par la bonne gestion du fumier des zébus et le compostage des herbes et déchets familiaux. Pas d’intrants chimiques... les familles n’en ont pas les moyens !

Fierenantsoa, la 3e promotion - Maison, cuisine, parc à zébus...

Portfolio

  • Un Lavaka
  • Compost dans le potager
  • 11- Une famille